Marthe Krüger

Née en 1980 à Hambourg
Vit et travaille à Leipzig



« Chaque élément du vocabulaire de Marthe Krüger se compose de son, d’objets et d’images (dessins et / ou photographies). Chaque élément du vocabulaire de Marthe Krüger est à la fois totalement autonome et, dans le même temps, destiné à être confronté à d’autres éléments de ce vocabulaire au sein d’installations. Ses œuvres et ses expositions doivent donc s’appréhender comme des fragments renvoyant à un tout – mouvant, et encore inaccessible. Elles ne se donnent jamais comme figées et rendent paradoxalement compte, avec acuité et précision, du continuum de la matière à travers des jeux formels et conceptuels d’analogies, d’inversions, de déplacements et de perspectives. D’ombre(s) et de lumière(s) aussi. Les paysages abstraits qu’elle crée sont soumis à de constantes variations – ils sont étendus, réduits, modifiés. Il y est question de perceptions sensorielles et d’interprétations divergentes. Quelque part, si l’artiste en avait la possibilité, elle pourrait même modifier ses mises en espace régulièrement durant le temps de leur exposition publique. Et pour mieux souligner cette perpétuelle mise en mouvement de l’espace, elle le met également en abîme, incorporant parfois des vues d’installations antérieures à ces nouvelles compositions spatiales. L’infinie combinatoire ajoutée à la démultiplication des possibles et de leurs images figées crée une indéniable épaisseur temporelle. Et cette épaisseur temporelle ne contredit pas l’incroyable capacité de Marthe Krüger à construire de véritables illusions d’optique : où l’installation semble s’aplanir en un vaste dessin. »