Intermède #1 \ Gaelle Olsen & Nik Bartsch. Geste sonore et musique graphique : un tracé rythmique.

[2 > 11 avril 2015]


Le langage des dessins de Gaëlle Olsen [1] est basé sur la répétition d’une forme réduite à l’essentiel, mise en série pour parler d’un monde vivant. Cette forme – proche de celle d’une épingle – évoque tout autant une silhouette qu’un chromosome ou une note de musique. Répétée, inversée, rapprochée d’autres formes identiques, elle compose des foules, des caryotypes, des paysages, des images où chacun peut se projeter.

L’artiste dessine en musique : chaque séance de travail s’accompagne de l’écoute d’un disque du pianiste et compositeur suisse Nik Bärtsch [2]. Les répétitions et entrelacs de cette musique résonnent avec le processus créateur de Gaëlle Olsen.
Pour l’Intermède #1, PapelArt – Plateforme de création contemporaine propose de rendre compte des échos qui existent entre les oeuvres sonores de Nik Bärtsch et celles plastiques de Gaëlle Olsen, mais également dans les méthodes de tra vail et les philosophies de vie des deux artistes : où il est question de rituel et de holon, notamment.

\ Ce premier Intermède s’incarne dans 3 propositions :

Une installation in-situ de Gaëlle Olsen, intitulée Une répétition, visible sur toute la durée de l’Intermède (du jeudi 2 au samedi 11 avril).
« Une répétition. Un espace de 32 m2, rue Charlemagne à Paris. Une suite de murs intérieurs blancs, assez courts, et de parois vitrées sur rue. Mais surtout 4 altimétries : chaussée, trottoir, intérieur galerie courant, intérieur galerie estrade. Soit une amplitude de vues. Installer des dessins dans ce lieu. Décider d’une série qui confronte la force d’une montagne à une ligne de foule minuscule. Répéter la série, reproduire à la main, à la plume. L’installer d’un bout à l’autre de la galerie sur 21 mètres de long, jusqu’à boucler la boucle. Répéter, et en même temps ne jamais dire tout à fait la même chose. » (Gaëlle Olsen)
Une rencontre entre Thalie Amossé, musicologue, et Gaëlle Olsen autour des
relations entre les œuvres de Nik Bärtsch et de l’artiste (samedi 4 avril à 11h).
Une rencontre entre Gaëlle Olsen et Marie Cantos, autour de la proposition in-situ de l’artiste (samedi 11 avril à 11h).